L’idée d’un chatbot assureur a pu sembler étrange il y a quelques années. Pour autant, de plus en plus d’assureurs mettent en place un assistant virtuel – un chatbot assurance – sur leur site internet.

Ces chatbots assureurs dotés d’une intelligence artificielle avancée portent plusieurs casquettes. Dans la phase d’avant-vente, Ils renseignent les acheteurs intéressés sur les règles spécifiques, les aident à comparer les polices d’assurance, collectent les informations nécessaires à la souscription et collectent les primes. Une fois la souscription effectuée, ils fournissent un support client disponible 24/7 lors des demandes de remboursement et des renouvellements.

Alors, pourquoi les chatbots sont de plus en plus privilégiés par les assureurs ? Quels sont les défis qu’ils aident à surmonter ? Les réponses à ces questions sont dans notre article !

1. Premier défi : Les consommateurs ont une confiance limitée dans les compagnies d’assurance : un chatbot assureur renforce la confiance

Les compagnies d’assurance ont un niveau de confiance plutôt bas dans l’ensemble. Une enquête mondiale indique que les consommateurs du monde entier font moins confiance aux compagnies d’assurance qu’aux banques, et guère plus qu’aux compagnies pharmaceutiques. Cela va dans le sens de la réticence que peuvent avoir certaines personnes à souscrire une assurance et la tendance de changer régulièrement d’assureur pour obtenir les meilleures garanties au meilleur prix.

Ce manque de confiance que certains peuvent ressentir vient en partie du manque de transparence dont certains assureurs font preuve.

« Suis-je réellement couvert ? »

«  Combien de temps faudra-t-il pour que je sois remboursé en cas de sinistre ? »

« Vais-je devoir payer une franchise et si oui combien ? »

Telles sont les questions que les français se posent avant de souscrire une police d’assurance.

En effet, les clients potentiels craignent de découvrir des clauses cachées dans les petits caractères et d’être conduits à acheter quelque chose qu’ils ne souhaitent pas vraiment. Ce qui signifie que lutter contre le manque d’informations (ressenti) est l’une des premières actions à mener par tout assureur souhaiter générer plus d’intérêt parmi ses acheteurs potentiels. Et quoi de mieux qu’un chatbot pour cela ? Disponible 24/7, il répond à toutes les questions que des prospects peuvent se poser.

De plus en plus d’assureurs mettent en place des chatbots sur leur site internet et leur réseaux sociaux afin d’accroitre l’engagement de leur audience et renforcer la confiance de celle-ci envers la marque. En plus de fournir des argumentaires de vente et des recommandations sur les différentes polices, les chatbots d’assurance répondent aux questions et clarifient les doutes, dans un langage simple et sans détour, indiquant ainsi qu’il n’ya rien à cacher.

2. Second défi : Les consommateurs ne comprennent pas toujours l’assurance ou sa valeur. Un chatbot d’assurance l’explique

Le manque de confiance n’est pas la seule raison pour laquelle les compagnies d’assurance ont du mal à vendre leurs produits. Un manque de connaissances sur l’assurance et ses avantages est également en jeu. On a constaté que les “millénials” , en particulier, achètent moins d’assurance que leurs ainés, principalement parce qu’ils n’en savent pas assez à ce sujet. Les chatbots assureurs ont le potentiel de résoudre ce défi.

La police d’assurance type comprend un ensemble complexe de termes techniques, de taux et d’autres informations que le profane a du mal à assimiler. Mais les compagnies d’assurance qui créent un chatbot permettent à leurs clients potentiels de comprendre ces conditions générales dans une langue qu’ils maîtrisent. Les meilleurs chatbots sur les sites des assureurs les visiteurs sur le contenu des polices d’assurance en leur fournissant les informations dont ils ont besoin au cours d’une conversation informelle.

Par exemple, une personne à la recherche d’une assurance auto peut demander au chatbot:

«L’assurance tout risque inclut-elle bien tout ? »

Et le chatbot peut les aider avec des informations telles que:

«L’assurance tout risque couvre les dommages causés pour des raisons autres que des accidents. Cela inclut le vol, le vandalisme, les catastrophes naturelles et les incendies. Les contrats «tous risques » affichent un*haut niveau de garanties*non seulement pour le conducteur, mais aussi pour son véhicule. »

Les meilleurs chatbots dans le domaine de l’assurance, tels que ceux développés par Webotit, peuvent également faire la synthèse des avantages de différentes polices et recommander celle la plus appropriée en fonction du profil du prospect.

Ainsi, quelqu’un peut poser une question du type :

«En quoi la police A est-elle différente de la police B ? »

Le chatbot peut alors expliquer que leur expliquer que :

«Par rapport à la police A, la police B comprend un meilleur remboursement des frais optiques et dentaires, une couverture pour 2 personnes à charge et le remboursement intégral auprès de spécialistes non conventionné à hauteur de 5000€/an. Pour une comparaison détaillée, reportez-vous au tableau ci-dessous. ”

3. Troisième Défi : Il existe des idées fausses répandues dans l’industrie sur les préférences de communication des clients. Un chatbot assureur s’adapte aux nouveaux usages.

À première vue, il peut sembler que les acheteurs d’assurance plus jeunes préfèreront la communication en ligne, leurs homologues dans la force de l’âge préféreront les appels téléphoniques et les personnes âgées aimeraient faire face à leur interlocuteur. Mais les faits racontent une histoire différente. Les préférences en matière de communication ont changé dans tous les groupes d’âge et toutes les nationalités. Les canaux classiques de service à la clientèle sont moins demandés et de plus en plus de personnes se tournent vers la messagerie instantanée comme mode de communication préféré.

Les compagnies d’assurance doivent répondre à cette nouvelle préférence en fournissant une interface de type messagerie instantanée sur leurs sites Web. Un chatbot permet justement de répondre à ce besoin d’instantanéité de la clientèle ! L’assistant virtuel devient alors un représentant de la compagnie, et contrairement à ses collègues humains, il est toujours disponible et lui parler est aussi simple que d’écrire à un ami. Jamais fatigué, il ne fait pas d’erreurs et propose toujours une information de qualité.

4. Quatrième Défi : La souscription d’assurance, le renouvellement et la résolutions des litiges semblent compliqués. La vente assurance via chatbot simplifie les processus.

L’expérience qu’on la plupart des consommateurs est que l’achat, le renouvellement et l’obtention d’un remboursement sont des processus longs et compliqués.

Il est vrai que chacune de ces phases de la vie du contrat comportent de nombreuses étapes. La mise en place d’un chatbot permet de fluidifier l’expérience client.

En effet, un assistant virtuel accompagne le client tout au long du processus de souscription, pouvant même remplacer les formulaires. Le chatbot assureur permet aux clients d’aller plus vite tout en étant plus confiant dans leur démarche.

La conversation entre un chatbot et un client potentiel facilite le partage d’informations et l’assimilation de celles-ci. Cela libère également l’acheteur des tracas liés à la lecture de pages sur des pages de texte afin de comprendre quelle politique est la plus sensée pour eux. Au lieu de cela, ils peuvent lancer le processus en tapant simplement «Je cherche une assurance maladie ». Et la conversation peut se dérouler comme suit :

Chatbot: «Je serai ravi de vous aider. Aidez-moi à comprendre vos exigences plus en détail. Quel âge avez-vous?”

Acheteur potentiel: «30.

Chatbot: “Avez-vous des personnes à charge?”

Acheteur potentiel: “Non”

Chatbot: «Avez-vous des antécédents de l’une des conditions suivantes (sélectionnez les conditions applicables)?

»Acheteur potentiel : « Aucun antécédent »

Chatbot: « Quel niveau de garantie souhaitez-vous ? »

Acheteur potentiel : «  Premium »

Chatbot: «Merci pour l’information! J’ai préparé une recommandation personnalisée. Pourriez-vous s’il vous plait me communiquer votre adresse e-mail afin que je puisse vous l’envoyer? “

Une fois que l’acheteur potentiel a décidé d’un plan, le processus d’achat peut également être simplifié par le chatbot en ligne comme suit :

Chatbot: «Laissez-moi vous trouver le formulaire de souscription. Vous pouvez y accéder via le lien ci-dessous, pré-rempli avec vos informations personnelles. J’ai créé pour vous un identifiant de connexion, à partir duquel vous pouvez accéder et compléter le formulaire à votre convenance. Les informations de connexion vous ont été envoyées par courrier électronique. Pour plus de simplicité vous pouvez également souscrire en continuant à me parler. Pour cela tapez simplement « je veux souscrire ». Sinon, n’hésitez pas à revenir me parler à chaque fois que vous aurez une question ! Merci!”

Les chatbots assureurs n’ont pas vocation à remplacer les souscripteurs ou les rédacteurs de production mais plutôt à offrir une expérience client innovante aux consommateurs. Ces assistants virtuels complètent les équipes de vente et de support clients des assureurs et les font entrer dans la 3ème révolution industrielle. Des acteurs importants du domaine font déjà confiance à Webotit pour offrir la meilleure expérience possible à leurs clients. Pourquoi pas vous ?

Pour en savoir plus sur le Commerce Conversationnel et les chatbots nous vous invitons à consulter ces autres articles :